Blogging no toxic - BaaBle Blog

Grisaille, désœuvrement, alcool, suicide : bienvenue en bretagneDans Style de vie

La Bretagne est connue pour être une belle région parsemée de magnifiques villages et un littoral exceptionnel de plus de 2700 kilomètres, mais elle est connue aussi pour la pluie, l'alcoolémie et le suicide.

Grillage du ciel

La réputation pluvieuse de la Bretagne n'est plus à faire, il y fait très humide et le soleil reste rare. Pour le plus grand nombre, la Bretagne est le synonyme de pluie et de froid. Bien que cette région ne soit pas, dans l'absolue, la plus humide de France, c'est environ 160 jours de pluie et plus de 1200 mn d'eau qu'enregistre Météo-France chaque année.  

Le ciel gris et le crachin sont, tout au long de l'année, plus présents sur la partie ouest et surtout dans le Finistère. Le département est, en effet, très exposé aux flux océaniques humides, ce qui amène la formation de nuages bas, même en été.

L’influence du temps sur nos humeurs n’a plus besoin d’être prouvée. Ainsi, on définit le terme de «  dépression saisonnière » les pics de déprime que l'on peut observer au moment des longs hivers. C'est en fait la diminution du temps d’exposition à la lumière vive qui a des répercussions sur notre humeur. Avec plus de 160 jours de pluie, il est clair de constater que le moral moyen breton est bien en bas...

Ciel gris breton

Du gris du ciel au gris des murs

Non content que le ciel soit un magnifique nuancier d'une cinquantaine de tons gris, les murs, les pierres, les façades, les calvaires et les monuments le sont aussi !

Alors que la nature peut être flamboyante de couleurs, la majorité des constructions Bretonnes en sont dépourvues. Les façades des bâtiments d'habitation sont bien souvent grises ou blanches.  Il en est de même pour les monuments historiques et religieux qui sont très souvent gris.

Il est vrai que la pierre granitique représente 40 % du massif armoricain. Il est à la base de nombreux bâtiments de la région, ce qui en explique la couleur. Par contre en ce qui concerne les enduits de façades des habitations, la question de l'absence de couleur reste une énigme.

Calvaire breton

Illettrisme

C'est plus de 200 000 Bretons adultes de 18 à 65 ans qui se trouvent concernés par l'illettrisme. Des femmes et des hommes ne parvenant pas à lire et comprendre un texte simple portant sur des situations de la vie courante.  D’autres estimations révéleraient que près de 2000 jeunes Bretons âgés de 17 ans et près de un jeune sur cinq, sortant de CFA seraient également touchés par ce manque de connaissances de base.

En 2015 l’État et le conseil régional ont signé un plan de lutte contre l’illettrisme. Ce plan a permis une nette amélioration de l'enseignement et des connaissances de base dans la population. Il reste, malgré ce plan, beaucoup à faire.

Illettrisme en Bretagne

Consommation d'alcool et de drogue

La Bretagne c'est aussi une culture de la consommation d'alcool à laquelle vient s'ajouter l'usage de stupéfiants.

Chez les jeunes Bretons, la consommation d'alcool est déjà une habitude dès 17 ans. D'après une récente étude qui a mesuré les usages de produits psychoactifs sur une population de jeunes personnes, les jeunes Bretons ont une consommation de produits, licites et illicites, bien supérieure à la moyenne nationale.

Près d'un quart de la jeune population reconnaît avoir eu au moins trois épisodes de forte alcoolisation au cours du mois précédent l'enquête. Et c'est plus de 93 % de ce même échantillon de population qui reconnaît avoir expérimenté l'alcool.

L'héritage alcoolique provient de l’Ancien Régime. Pour exemple, entre 1826 et 1906 la consommation individuelle de spiritueux triple quasiment passante de 1,9 litres par habitant à 5,5 litres par habitant.

La consommation alcoolique de la population adulte n'est de loin pas en reste.  Un habitant adulte de la Bretagne sur quatre, âgé de 18 à 75 ans, reconnaît s'enivrer au moins une fois par an.  Un sur cinq admet s'enivrer au moins trois fois par an. Les niveaux d'ivresse constatées sont édifiants et sur les routes, passé les 19 heures, il convient d'être extrêmement vigilant.

Il faut ajouter à l'alcool, la consommation de stupéfiant qui tient une place non moins importante. En effet près de la moitié des jeunes de 17 ans consomme régulièrement du cannabis et d'autres drogues illicites telles que des champignons hallucinogènes, ecstasy, amphétamines, LSD, crack, cocaïne, héroïne, ...

Alcooliques bretons

Taux de dépression et de suicide élevé

La Bretagne arrive en tête des régions Françaises concernant la dépression et le taux de suicide.  Les raisons officielles sont incertaines mais aux vues du tableau dépeint, on commence à se faire une idée.  Beaucoup de familles Bretonnes ont une histoire avec le suicide.

Avec près de 25 personnes décédées par suicide pour 100.000 habitants, la Bretagne présente un taux de suicide bien supérieur à la moyenne nationale qui dépasse à peine les 15 pour 100 000. Et c'est déjà un des taux les plus élevés d'Europe. C'est le département des Côtes d’Armor qui tient la tête du classement avec un taux de suicide atteignant parfois le double de la moyenne nationale.






Déposer un commentaire ?



Dans le même esprit :


Baable.fr / https://www.baable.fr - ID Robot bot,crawl-eolT2muJi42vHheVm13BPWRb5SXB0 - © 2018 - 2022 • PRIVACY POLICY ; Concept : Weblandes.com
TOP