Blogging no toxic - BaaBle Blog

Les océans vivent de gros changements biologiquesDans Ecologie

Méduses - changements climatiques

La mise en place d'un outil prédictif (simulation) sur les effets des changements climatiques rapides que connaît notre planète montre une vive accélération des altérations des différentes espèces océaniques. La simulation a été confirmée par l'observation un an après ses premières prévisions.

L'eau sous forme liquide ou solide couvre plus de 70% de la surface de notre planète. Comprendre l'évolution de ces masses d'eau est primordial. Mais il est impossible à l'échelle humaine de réaliser un suivi complet. Une équipe internationale de chercheurs dirigée CNRS a construit un modèle numérique pour comprendre l’évolution biologique des étendues d’eau.

Les chercheurs ont créer un modèle numérique simplifié par rapport au monde réel car celui-ci est bien trop complexe pour être simulé dans sa globalité. Ces océans fictifs, peuplés d'espèces d'animaux tout autant fictives, ont été soumis à des changements de conditions environnementales à l'image de ce qu'il ce passe dans le monde réel. Il en ressort que pendant que certaines espèces disparaissent, d'autres résistent à ces changements. Elles colonisent ensuite les espaces laissés vides jusqu'à occuper toutes les régions du globe mettant à bas la précieuse bio-diversité qui constitue la richesse des océans.

Une situation sans précédent connu

Le modèle a ainsi permis aux scientifiques de mesurer l'étendue, la force et la vitesse des changements biologiques. Il en est également ressorti l'augmentation récente et sans précédent des événements climatiques intenses tel que un El Niño puissant, les anomalies thermiques dans les océans et enfin le réfauchement rapide des pôles.

Le modèle virtuel est ainsi capable de prévoir, avec plus ou moins une année d’avance, les événements qui affecteront la biodiversité marine dans une région océanique donnée. Il est désormais possible d'identifier les régions de biodiversité considérée "à risque", mais qui ne sont pas couvertes par des programmes d’observation de terrain. L'outil montre en effet une très nette accélération des altérations biologiques.

Alors que l'exploitation humaine de la bio diversité marine prélève plus de 80 millions de tonnes de poissons ou d'invertébrés dans les océans, le changement climatique global met encore plus de pression sur cet écosystème déjà très fragile. Ces transformations se traduiront par une réorganisation globales de l'ensemble des espèces marines. Cette réorganisation ne semble pas être à notre avantage.

Si l'océan meurt, nous mourrons avec.






Déposer un commentaire ?



Dans le même esprit :


Baable.fr / https://www.baable.fr - ID Robot bot,crawl-wUdKj734O00h2748Zd9Mik0dAamAP - © 2018 - 2022 • PRIVACY POLICY ; Concept : Weblandes.com
TOP