Blogging no toxic - BaaBle Blog

Fraises d'espagne, mieux vaut ne pas en manger.Dans Santé bien-être

Les fraises venues d'Espagne ont envahi les rayons des marchés et super-marchés depuis des années. Malgré leur fort rendement économique, elles représentent cependant un danger pour la santé.

L'Espagne est, en Europe, le plus gros exportateur de fraises avec plus de 400 000 tonnes expédiées au quatre coins des pays européens. Le marché représente plusieurs centaines de millions d'euros et est une source de revenus non négligeables pour l'Espagne. Cet or rouge a une face bien sombre :  travail non déclaré, exploitation humaine dont des migrants, agression, abus sexuel, pauvreté extrême, empoisonnement, désastre écologique, ...

Une enquête menée par le magazine The Gardian  montre que les femmes ramasseuses qui travaillent dans les champs sont très souvent victimes d'agressions sexuelles, de racisme et d'exploitation. Leur temps de travail est de seize heures par jour et elles sont parfois privées de nourriture et d'eau si elles ne sont pas assez productives ou si elles n'obéissent pas aux exigences sexuelles de leurs contre-maîtres. Les hommes sont guère mieux lotis, eux aussi. La violence et le racket sont quotidiens. Pour le bon fonctionnement économique de l'industrie agricole fraisière, des gens sont exploités et mis en esclavage.

Les notions d'écologie absentes

La production de fraises espagnoles utilise des méthodes d'agriculture industrielle. Les hyper-rendement sont désastreux pour l'environnement.

La région de Doñana est une mer de plastique de plus de 6000 hectares dont 450 hectares pris en tout illégalité sur les parcs nationaux voisins. C'est près de 4500 tonnes de plastique qui sont utilisées chaque année. Les déchets que cela produit ne sont pas traités et se retrouvent directement dans la nature.

Les sols sont sur-sollicités et les nappes phréatiques se trouvent désormais complètement asséchées. Ce sont plus de 20 millions de mètres cubes par an d'eau qui y sont pompés. Les conséquences de cet assèchement sont déjà là. L’association WWF (World Wild Fondation) dénonce une atteinte à la biodiversité et la végétation d'origine qui a un certain besoin d’humidité commence à disparaitre.

Les usages massifs de produits phytosanitaires ne respectent strictement aucune norme. Il conviendra de préciser que le respect (hypothétique) de ces mêmes normes d'usage de produits phytosanitaires pose de nombreuses interrogations concernant la santé.

Les fraises espagnoles sont des produits insipides, sans goût et extrêmement riches en produits chimiques de toutes sortes dont des pesticides dans 76% des barquettes, dont 16% au-dessus des limites autorisées. Ces résidus sont retrouvés dans la quasi-totalité des fraises venues d'Espagne, au total 105 molécules différentes, selon une étude allemande. La moitié des détections porte sur 5 d’entre elles : le cyprodinil, le fludioxonil, le fenhexamide, le tolylfluanide et l’azoxystrobine.

Ces pesticides sont des perturbateurs endocriniens et sont supposés avoir des effets sur la reproduction humaine et le développement fœtal.

Un boycott de ces produits serait une bonne action tant pour notre santé, que pour l'environnement mais aussi pour tous les travailleurs exploités par cette industrie qui n'enrichit finalement qu'une poignée de personnes fortunées.






Déposer un commentaire ?



Dans le même esprit :


Baable.fr / https://www.baable.fr - ID Robot bot,crawl-G0g0MyZ0THS02N8f8Bv71gC1Oo6Q2 - © 2018 - 2022 • PRIVACY POLICY ; Concept : Weblandes.com
TOP