Blogging no toxic - BaaBle Blog

Surpoids ou pas ? bien calculer son imcDans Santé bien-être

Bien calculer son IMC

L'IMC est l'indice de Masse Corporelle. Il permet d'estimer la corpulence d'une personne. Inventé par Adolphe Quetelet, scientifique belge et l'un des fondateurs de la statistique moderne, cet indice est donc appelé aussi l'indice de Quetelet.  Comment bien le calculer ?

Chez un adulte de plus de 20 ans, l'IMC est un moyen simple de déterminer si un individu a un excès de poids. Cet indice se calcule à l'aide d'une petite formule mathématique toute simple :

Le poids divisé par la taille au carré.

Les unités de mesure de l’IMC : il faut diviser le poids en kilos par le carré de la taille en mètre.

Un IMC normal se situe entre 18,5 et 25. Le tableau ci-dessous indique les indices de corpulence d'après le calcul de l'OMS

Indice de masse corporelle (IMC) Interprétation (d'après l'OMS)
moins de 18,5 Insuffisance pondérale (maigreur)
18,5 à 25 Corpulence normale
25 à 30 Surpoids
30 à 35 Obésité modérée
35 à 40 Obésité sévère
plus de 40 Obésité morbide ou massive

Obésité modérée :
IMC de 30 à 35, risques de maladies telles que certains cancers, le diabète ou l’hypertension.

Obésité sévère :
IMC de 35 à 40, tant augmentation des risques de maladies ; chirurgie envisageable.

Obésité morbide :
IMC supérieur à 40, la vie de la personne obèse est menacée ; perte significative d’espérance de vie.

La définition de l'obésité

L'OMS définit un adulte qui a un IIMC entre 25 et 29,9 comme en surpoids. Un adulte qui a un IMC de 30 ou plus est considéré comme obèse. Un IMC au-dessous de 18,5 est considéré comme l'insuffisance pondérale et entre 18,5 à 24,9 un poids santé.

L'IMC moyen en FRANCE

En France, 15 % de la population est en situation d'obésité, soit près de 7 000 000 de personnes. Cette proportion ne cesse d'augmenter. Elle a d'ailleurs presque doubler entre 1997 et 2017.  Le plus inquiétant concerne l'augmentation de la quantité de personnes en situation de surpoids. En effet, près de 1 personne sur deux, est en situation de surpoids. 41 % des hommes sont en surpoids et 15,8 % en obésité et 51,3 % des femmes en surpoids et 15,6 % en obésité. Soit, au total Surpoids + Obésité : 56,8 % d’hommes et 40 % de femmes en surcharge pondérale.

Le surpoids augmente significativement le risque de maladies graves

Le surpoids et l'obésité sont souvent considérés comme une nouvelle normalité et au pire comme une fatalité dans notre société.  Dans toute l'histoire humaine, c'est la première fois qu'une telle proportion de personnes en surcharge pondérale est atteinte. L'évolution des organismes quels qu'ils soient, dont ceux des humains, sont conçus pour résister au manque, à la famine, aux carences. Mais l'évolution n'a pas appris à nos corps comment résister à la surabondance et à la surcharge.

De nombreuses études ont prouvé que le surpoids amène une multitude de maladies graves, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et de multiples types de cancer. Et par là-même, cet état pondéral réduit la qualité et l'espérance de vie.

L'épidémie d'obésité est une maladie mondiale. Elle est la conséquence directe de changements dans nos modes d'alimentation qui s'est largement industrialisé. Il faut compter aussi avec une sédentarité de plus en plus importante. Plus personne ne doit parcourir les plaines sauvages pour trouver des baies et des proies. La majorité d'entre nous ne se déplace presque plus à pied, le transport mécanisé à remplacer le déplacement à force musculaire. Nous restons, pour la plupart, assis derrière un écran à manger de la malbouffe.

Le surpoids tue

Une grande étude portée sur l’indice de masse corporelle et le risque de mortalité montre bien le lien entre surpoids et espérance de vie réduite.

L'étude à examiner les données accumulées de 1,46 million de personnes non-fumeuses. Il a été ainsi observé que le risque de mort prématurée augmente significativement à chaque kilo qui est accumulé en trop. Les personnes en embonpoint (IMC de 25-29), ce qui représente la grande majorité de la population, ont 13 % plus de risque de décéder prématurément comparativement aux personnes dont le poids est normal (IMC entre 22 et 24).

Le risque augmente, bien sûr, encore plus pour les personnes obèses et atteint des valeurs vertigineuses pour les obèses morbides (IMC > 40). En plus de réduire fortement la qualité de vie liée aux maladies chroniques, l’obésité ampute, en moyenne, jusqu’à quatre années d’espérance de vie.

Toute forme de surpoids est mauvaise pour la santé. Il est nécessaire de maintenir un poids corporel normal pour vivre en bonne santé. Il est urgent d'apprendre à réduire la consommation d'aliments industriels à haute densité calorique, voire de la supprimer complètement. Il faut retrouver le plaisir de cuisiner, de profiter des grandes cuisines du monde et de redécouvrir les bienfaits de la dépense physique quotidienne.  






Déposer un commentaire ?



Dans le même esprit :


Baable.fr / https://www.baable.fr - ID Robot bot,crawl-FZPN86YWRf6IId7doQc4HwPs85Tf4 - © 2018 - 2022 • PRIVACY POLICY ; Concept : Weblandes.com
TOP