Blogging no toxic - BaaBle Blog

30% des bébés sont déjà sur le web avant leur naissanceDans Web et Tech

30% des bébés sont déjà sur le web avant leur naissance

De part le monde de plus en plus d'enfant ont une identité numérique, et ce, même avant de venir au monde

Un sondage mené par l'institut Gece sur plus de 1000 jeunes parents d'enfant de moins de 8 ans révèle que un tiers des bébés ont déjà une identité numérique avant même de venir au monde.  Il ne s'agit pas là des super-pouvoirs d'une intelligence artificielle ou de l'action fourbe de "big brother", non, ce sont les parents eux-mêmes qui postent, de leur plein gré, une photo d'échographie, d'un partie du corps de futur nouveau-né quand ce n'est le bébé en entier dès sa naissance... La photo de l'enfant est bien sûr poster sur les réseaux sociaux.

À partir du moment où un enfant apparaît sur internet, de quelque manière que ce soit, on peut considérer qu'il a alors une empreinte numérique bien définie.

Sur plus de 1000 personnes interrogées, il y a 49 % d'hommes et 51 % de femmes. Ils sont 66 % à avoir entre 30 et 44 ans et 28 % à avoir moins de 30 ans. Ils ont donc tous grandi avec internet en y étant plus ou moins impliqués.  Il faut considérer que 52 % de ces parents se déclare accros au smartphone et 92 % utilise internet quotidiennement.

Le "sharenting"

Le terme est issu de la contraction de "share" qui veut dire "partager" en anglais et de "parent". L'anglicisme décrit ainsi l'action de mettre ses enfants sur internet. Plus d'un quart des parents de la génération des trentenaires sont le plus à même de poster sur au moins un réseau social l'arrivée d'en enfant. Le pire que révèle l'enquête est que plus de 90 % des parents d'enfants interrogés créent une empreinte numérique à leur enfant.

Près de 40 % de ces parents vont même jusqu'à utiliser la photo de leur enfant pour illustrer leur photo de profil !  Plus des deux tiers des parents ne sont pas les seuls à exposer leurs enfants sur les réseaux, ils le permettent aussi à leurs proches.

sharenting

Faut-il publier sur internet des photos de ses enfants ?

Les parents ne sont pas informés sur les risques liés à la publication de photos de leurs enfants sur le web. Une campagne du Fonds allemand pour l'enfance a tenté une sensibilisation sur ce thème et a ouvert un débat.

Beaucoup de parents publient sans aucune retenue des photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux et sans même avoir privatisé leurs comptes. N'importe qui peut ainsi accéder à ces contenus montrant ces bambins dans des situations quotidiennes plus ou moins attendrissantes et reluisantes pour l'enfant concerné. Qui n'a pas croisé une photo prise d'un bébé sur le pot, bébé mangeant avec les doigts, bébé aux jeux, une bonne gamèle .... 

La plupart de ces parents confonde "internet" qui est un espace ouvert mondial avec un album photo privé. Il faut comprendre que dès qu'un média est posté sur un réseau social (peu importe lequel), la propriété du média est perdue au profit du réseau social. Ce qui implique que chaque photo d'un enfant (qui n'a rien demandé au passage) postée sur un réseau social n'appartient plus à sa famille, ni même à la personne concernée.

La question du droit à l'image se pose immédiatement. Est-ce que le bébé, le jeune enfant est consentant vis-à-vis de la publication de médias sur le web qui le représentent ?  La plupart de parents ne se demandent même pas si un photo publiée aura à un moment donné une conséquence sur la vie future de leur progéniture. 

En réalité les parent commettent, sans le savoir, une faute vis-à-vis du droit à l'image de leur enfant. Ils établissent sans son consentement une banque d'image ainsi qu'une e-réputation. Si bien que celui-ci pourra même se retourner contre eux une fois le joli bébé arrivé à l'âge adulte.

Le droit à l'image

La publication de média représentant une personne fait appel à l'article 226-1 du Code pénal qui prévoit un an de prison et 45 000 euros d'amende pour "le fait, au moyen d'un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l'intimité de la vie privée d'autrui". Dans le cas présent "en fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l'image d'une personne se trouvant dans un lieu privé".

Des cas de procès d'enfant contre leurs parents pour des actes de publication de médias considérés comme ayant nui à la personne ont déjà fait la Une de journaux télévisés. Par exemple, le cas d'une jeune Autrichienne de 18 ans a décidé de poursuivre en justice ses parents pour avoir posté près de 500 photos personnelles d'elle sur Facebook, pendant sept ans. Cette affaire, encore isolée, pointe une problématique qui prendra certainement de l'ampleur dans le futur car elle démontre le potentiel traumatisme psychologique pour certains enfants concernés par des publications possiblement dégradantes.

Outre le droit à l'image et ses conséquences, le partage ouverts de photos de ses enfants sur la Toile présente aussi le risque d'attirer les prédateurs sexuels... Car bien au-delà du cliché mignon du bambin dans son bain, les parents propose tout un panel de contenus de leur vie intime, de leurs habitudes, de leur intérieur, ...   Contenus très intéressants pour des personnes malintentionnées !






Déposer un commentaire ?



Dans le même esprit :


Baable.fr / https://www.baable.fr - ID Robot bot,crawl-NP08BYP12c7hHX440SzJmUewW4kh6 - © 2018 - 2022 • PRIVACY POLICY ; Concept : Weblandes.com
TOP