Blogging no toxic - BaaBle Blog

Activités physiques et intellectuelles nécessaire au cerveauDans Style de vie

Cervelle coupée en deux. Baable blog

Avoir des activités physique et intellectuelles est excellent pour le maintient d'un cerveau en bonne forme.

Chaque activité participe tant au maintien qu'à l'augmentation du volume de matière grise de régions cérébrales spécifiques. Les deux types d'activité participent au développement cérébral chez l'enfant et retardent significativement les effets du vieillissement sur la santé du cerveau chez l'adulte.

Plus de matière grise avec des activités physiques et intellectuelles

Le sport et la réflexion ont toutes deux un effet positif sur la plasticité de certaines régions cérébrales. C'est connu. La nouveauté, réside dans le fait de pouvoir distinguer le bénéfice de chacune des activités sur notre cerveau.

Une étude a interrogé 45 personnes, âgées de 72 ans en moyenne, sur leur degré d’activité physique et cognitive exercées au quotidien. Un examen via une imagerie cérébrale a révélé  que les sujets âgés qui pratiquent régulièrement une activité physique ou une activité cognitive ont un volume de matière grise augmenté.
Ces personnes présentent ainsi moins d’atrophie cérébrale que leurs homologues ne pratiquant pas de telles activités.

Deux types d'activités complémentaires pour le cerveau

Les activités ont un impact direct sur le volume de matière grise et notamment au niveau du cortex préfrontal et de l’hippocampe. Ces deux régions sont celles qui sont particulièrement affectées par les mécanismes neurotoxiques des démences, et notamment ceux de la maladie d’Alzheimer.   L'augmentation de matière grise permettrait d’accroître la réserve neuronale.

Selon la nature des activités pratiquées, l'IRM montre des différences subtiles au niveau des régions cérébrales concernées. Les activités, physique et, ou intellectuelle, ont donc un intérêt complémentaire pour retarder les effets du vieillissement cérébral.

Ce bénéfice est tout de même conditionné à des apports protéiques corrects en fonction de l'âge et des activités physiques pratiquées.

Une autre étude, française celle-ci, est arrivée à la conclusion que des apports protéiques équilibrés réduisent de près de 60 % le risque de fragilité et ce, que les protéines soient d’origine animale ou végétale.  Il est notable que malheureusement les  apports protéiques sont souvent très limité dans la catégorie d'age de plus de 70 ans.

Bouger, réfléchir et manger sainement !






Déposer un commentaire ?



Dans le même esprit :


Baable.fr / https://www.baable.fr - ID Robot bot,crawl-gYQ8CXa8B2PMymR0tyrzfQE3Y1tjh - © 2018 - 2022 • PRIVACY POLICY ; Concept : Weblandes.com
TOP